Parfois, il arrive un accident. C’est rare, mais le préservatif peut craquer, glisser s’il est mal mis ou pas adapté et parfois, la pulsion est si forte qu’on ne l’a pas mis. Comment agir ? À qui s’adresser ?

Un rapport sexuel à risque, qu’est-ce que c’est ?

Concrètement, un rapport intime n’est pas limité à la pénétration et il y a bien des façons de prendre du plaisir avec son partenaire. Rapports bucco-génital (fellation, cunnilingus), bucco anal (anulingus) et pénétration (vaginale comme anale) présentent tous des risques de transmission de MST. Syphilis, hépatites, chlamydia, gonocoque et VIH.
La liste des maladies sexuellement transmissibles n’est pas des plus réjouissante et le doute peut parfois subvenir. Qu’il s’agisse de votre partenaire régulier ou d’une histoire d’un soir, le dépistage est toujours la bonne solution en cas de doute.
Votre médecin traitant peut vous prescrire une prise de sang avec une recherche complète de MST et une sérologie. Si vous ne vous sentez pas prêt à aborder le sujet, il existe des centres de dépistages gratuits et anonymes des MST et IST un peu partout en France.
Dans tous les cas, gardez à l’esprit que vous pouvez être porteur d’un germe ou d’une infection. Soyez attentif à chacun de vos rapports intimes et protégez-vous.

1. Traitement d’urgence post-exposition (TPE), agir après un risque de contamination sexuelle

Plus tôt vous ferez vos analyses, plus tôt vous limiterez les risques de contamination pour votre partenaire et il sera plus facile de vous soigner. Si la syphilis et le gonocoque se soignent, les hépatites et le VIH nécessitent une prise en charge plus lourde, d’où l’importance de ne pas attendre.
Après un rapport sexuel à risque (mais également une blessure avec un objet souillé de sang, l’utilisation d’un matériel d’injection de drogues suspect), vous pouvez vous rendre aux urgences pour un traitement post-exposition.
Expliquez simplement que vous avez eu un accident d’exposition au VIH, on ne vous demandera pas les détails et vous devriez pouvoir rencontrer rapidement un médecin pour évaluer votre situation. Allez-y avec votre partenaire, le bilan d’évaluation n’en sera que plus juste. Les services d’urgences disposent de « kits » de TPE pour un traitement anti-VIH de deux à trois jours. Les résultats des premières analyses vous permettront d’y voir plus clair et de confirmer, ou non, l’intérêt d’un traitement plus long.
Dans tous les cas, vous pouvez disposez d’une information concrète, gratuite et anonyme pour lever vos doutes ou savoir quoi faire avec la ligne Sida Info Service au 0800 840 800.

LAISSER UN COMMENTAIRE