Baguettes, pains, viennoiseries, vous appréciez tous de savourer une de ces spécialités que nous envient les pays étrangers. À la recherche d’une formation qui assurera votre avenir, vous songez à choisir un métier manuel. Et si le métier de boulanger changeait votre vie ?

Travailler en mettant la main à la pâte, une affaire de passion et de formation

Ah, la douce odeur du pain juste sorti du four ! Peut-être en avez-vous déjà préparé à la maison, avec une machine ou tout simplement à la main. Si c’est le cas, vous avez une petite idée du plaisir que procure le moment où la fournée est prête. Devenir boulanger ou boulangère est d’abord une affaire de gourmands, d’autant plus que l’on demande le plus souvent à l’artisan de réaliser pâtisseries et viennoiseries.
Cela vous tente ? Plusieurs formations sont proposées par le ministère de l’Éducation nationale. Une fois titulaire d’un CAP ou d’un bac pro spécialisé, vous allez vous rendre vite compte que la profession recrute en permanence. Vous serez alors soit l’un des 110 000 salariés en France, à partir du SMIC, avec la possibilité d’évoluer (chef d’équipe, etc.), soit artisan à votre compte, vos revenus dépendront alors de votre chiffre d’affaires (et donc aussi de votre talent).

Boulanger, boulangère, un emploi physique et difficile

C’est avant tout y mettre tout son cœur et son énergie, et il va en falloir ! Votre motivation sera essentielle, car le métier est exigeant : pas de place pour les lèves-tard… Oubliez vos grasses matinées : un bon pain demande du temps et de respecter les étapes nécessaires : pétrissage, fermentation puis façonnage avant cuisson. Le plus souvent, la première fournée commence à 4 heures du matin, pour que les premiers clients soient servis dès l’ouverture vers 7 heures et demi. Si vous êtes votre propre patron, il est courant d’aider ses employés dans la journée pour la vente, avant de contacter les fournisseurs pour les livraisons. Et ce n’est pas fini : vous reprendrez bien un petit morceau de compta pour bien terminer la journée, non ?
Vous avez compris maintenant pourquoi les boulangers-pâtissiers français font fureur aux États-Unis : c’est un emploi difficile, mais le savoir-faire que vous allez acquérir sera unique.

PARTAGER
Article précédentBelle jusqu’au bout des ongles !
Article suivantS’essayer au handball
Estelle Cognard
Passionnée par la photographie et l’écriture, c'est tout naturellement que je me suis orientée vers le métier de pigiste. Je suis curieuse, gourmande et férue de "geekeries" en tout genre. Je passe mon temps libre à découvrir d'autres horizons et voyager à travers le monde. Je suis une femme de méninge, parfois décapante, souvent trop rangée (sans mener une vie d'ange non plus ? ), qui plie quand c'est nécessaire, mais jamais devant l'adversité. Je cuisine volontiers pour mes amis et j'aspire à mettre de l'ordre dans mes idées... Je collabore régulièrement avec plusieurs webzines dont le magazine généraliste Azart et le blog InfoJeunes que je vous invite à parcourir !

LAISSER UN COMMENTAIRE